Any'enka Polenïa

Venez décrire votre personnage, et exposer ce qu'il a pu raconter de son histoire à votre compagnie. Vous y trouverez également les PNJ que vous avez rencontrés.

Modérateur : Onirim R&P

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Lun 10 Août, 2009 19:34

any.jpg
Prénom: Any'enka
Prénom d'enfant : Vous saurez pas
Nom: Polenïa
Race: Elfe aquatique
Origine: Côte des Epées
Alignement: Chaotique Bonne
Religion: Sashalas des Abîmes / Oghma - Âge: 102
Cheveux: Emeraude et longs - Yeux: Turquoise
Taille: 1,73 - Poids: 52kg

Classe: Cabaliste


Grande pour une elfe des mers, Any'enka découvre le monde des terrestres du haut de son mètre soixante-treize. Sa peau est d'un vert pale marbrée ici et là de reflets marrons. Ses yeux sont turquoises et pourvus de paupières interne. Autre caractéristique de sa race, elle possède des branchies au niveau du cou. L'elfe possède une longue chevelure émeraude qu'elle attache la plupart du temps en une lourde natte arrivant au creux des reins, mais elle s'amuse de plus en plus souvent à confectionner tout types de coiffures (l'avantage de dormir peu et donc d'avoir du temps à perdre). Elle s'habille essentiellement de tuniques arrivant au-dessus des genoux mais préfère de loin sa tenue de peau de requin, plus adaptée pour nager car très près du corps. Sa curiosité pour les terrestres l'amène à collectionner tout et n'importe quoi, allant de l'automate à la boîte à musique tout en passant par des presse-agrumes. Elle fait preuve d'une insatiable envie de découverte et ne se départ pas d'un certain coté enfantin, preuve qu'elle ne fait partie que depuis peu du monde des adultes. Il sera exceptionnel de la voir sans son familier, sa chère Ama, petite loutre particulièrement facétieuse.
Dernière édition par Lunesia le Lun 28 Juin, 2010 15:14, édité 5 fois.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Lun 10 Août, 2009 19:40

Journal d'Any'enka

1er jour de Ches 1373
Il y a bien longtemps que j'aurais dû commencer à tenir ce jounal, au moins depuis que j'ai quitté les miens pour parcourir les terres de Faerûn afin de parfaire mes connaissances en magie. Je commence à comprendre Maitre An'gyn lorsqu'il me disait que je ne pourrais aspirer à devenir une véritable magus que lorsque je comprendrais que le pouvoir ne réside pas seulement dans les mots, la connaissance ou les runes, mais aussi dans la découverte et la compréhension de ce qui m'entoure. Aujourd'hui encore, alors que cela fait des mois que j'ai quitté les miens, beaucoup de choses m'échappent chez les terrestres, notamment dans leur affection pour les choses inutiles et mécaniques, j'ai d'ailleurs commencé une collection de ce genre d'objet, j'espère trouver le moyen de les altérer pour les montrer aux miens sans qu'ils ne se détériorent. J'ai rejoint depuis plusieurs mois un groupe d'aventuriers. Je fus étonnée de constater qu'ils ne firent aucune difficulté pour m'accepter parmi eux. Pourtant, chose étrange, je me rend compte à quel point je les connais peu malgré le temps que nous passons ensemble sur les routes. Nous voyageons beaucoup, offrant d'aider là où nous allons, mais ce qui nous lie est plus dû au fait des missions que
nous acceptons qu'autre chose... pourtant... pourtant je me sens bien à voyager avec eux, malgré les dissensions qui éclatent parfois. Une seule de mes compagnons me laisse vraiment sur mes réserves, il s'agit de l'elfe Elevnïa. Quelque chose de particulier et de sombre émane d'elle. Son sens du secret y est surement pour beaucoup, mais c'est surtout le regard que je lui ai vu lors de certains combats qui me fait froid dans le dos, le regard d'un être emprunt de folie pure, ainsi que sa façon de s'acharner sur sa victime.
Enfin, passons plutôt à l'actualité. Suite à un concours de circonstance, nous sommes actuellement à Arabel. Le maître de Maloniel (une semi-elfe acrobate) nous a offert l'hospitalité dans son auberge, le Dragon Rouge, en attendant de pouvoir nous en dire plus au sujet d'une mission que nous avons accepté. Il y a maintenant 10 jours que nous attendons. Kaïn (le fameux maître) devrait pouvoir nous fournir plus d'information d'ici quelques jours. En attendant, nous profitons chacun de notre temps libre pour découvrir la ville et vaquer à nos diverses occupations. Je m'attelle de mon coté à la maitrise des Runes-esprits. Certains de mes compagnons semblent avoir suffisamment confiance en mes capacités dans ce domaine pour me laisser enchanter leurs armes ou boucliers. Je conserve aussi un oeil sur la jeune Marion, une humaine née chez les Zhentarims, que j'ai emmené à ma suite depuis la Porte de Baldur. Je comprend les suspicions de mes compagnons à son égard, mais j'ai décidé de prendre la responsabilité de l'emmener en voyage et l'aider ainsi à se trouver un nouveau maître. Elle me paraît pleine de bonne volonté et m'a contée son histoire sans détours ni fioritures. Elle mérite elle aussi d'avoir sa chance.
Dernière édition par Lunesia le Lun 10 Août, 2009 20:11, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Lun 10 Août, 2009 20:01

Journal d'Any'enka

4ème jour de Ches 1373

Voilà, nous y sommes. Ce soir, Kaïn a pu nous donner quelques renseignements supplémentaires sur cette fameuse mission... et quels renseignements ! Ils laissent plus de zones d'ombres qu'ils n'en éclairent. D'après les visions de la Prêtresse de Milil qu'il a consulté, il semble que les Zhentarims préparent quelque chose. Tout ce qu'elle a pu lui dire de plus, c'est que les évènements étaient couverts et que nous devions regarder vers le Nord. Marck, un humain de notre groupe nous a rejoint sur ces entrefaites, annonçant ainsi l'arrivée de nos roulottes et de la compagnie de la Wyverne. Comme je l'avais rapporté précédemment, nous sommes arrivés à Arabel suite à un concours de circonstances. L'auberge dans laquelle mes compagnons séjournaient, pour la plupart d'entre eux, s'est malencontreusement retrouvée dans les montagnes du Cormyr (suite à un sort mal maitrisé par Malia, qui le lança sous le coup de la colère). Je me suis arrangée avec les prêtres de Azhout à la Porte de Baldur pour qu'ils m'envoient par portail auprès de mes compagnons, demandant à Marck et la compagnie de la Wyverne de prendre la route avec les roulottes et les chevaux et de nous retrouver à Arabel.
Enfin, pour en revenir aux dernières nouvelles, Kaïn n'a pu nous donner beaucoup plus d'éléments, étant lui-même dans le flou. Il fut donc décidé que nous partirions dès demain matin vers le Nord pour savoir de quoi il résulte exactement. J'y pense, lors de notre premier soir à Arabel, Kaïn, Wolraj et Luc nous ont parlé de diverses choses. Ils ont notamment parlé de Varak'lesh (la première mission que j'ai effectué avec mes compagnons était contre lui). Il semble, d'après leur propos, que cet être ait déjà été ressuscité. J'espère vivement que cette fois il est définitivement mort... même si j'en doute énormément.
Dernière édition par Lunesia le Lun 10 Août, 2009 20:10, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Lun 10 Août, 2009 20:09

Journal d'Any'enka

6ème jour de Ches.

Par Oghma et Sashalas, tout se passe trop vite.
Hier matin, comme convenu, nous avons emprunté la route vers le Nord, sous une pluie de cendre. Après une chevauchée, trop longue à mon goût (je ne me ferais jamais à l'idée de devoir monter sur un cheval), nous sommes arrivés près d'un lac. Quel spectacle nous attendait là... l'eau était bouillonnante en certains endroits et une étrange lumière rouge émanait. Les poissons gisaient tous morts à sa surface. Les nuages s'étaient rassemblés juste au dessus du centre du lac, créant une sorte de tourbillon céleste, comme attirés par cette luminosité. L'herbe était roussie en certains endroits. Marck, Hunter (un humain qui cache sa bonté derrière son air taciturne), et Tia (une humaine encore plus taciturne qu'Hunter) se sont dirigés vers le bois qui se trouvait à notre droite, tandis que nous autre observions, tout en descendant de cheval avec un soupir de soulagement, Eldinarin'dan se concentrer sur les traces qu'il avait trouvé non loin du lac. Nous n'avons pas eu longtemps à attendre pour savoir de quoi il s'agissait. Deux énormes chiens firent leur apparitions, l'un venant du lac (expliquant ainsi le bouillonnement de l'eau) et l'autre d'un bois légèrement au nord. Le sol fumait sous chacun de leur pas... et sincèrement c'était bien le cadet de nos soucis ! Marck, Tia et Hunter venaient à peine de nous signaler que quelque chose se trouvait dans les bois que les molosses (trois au total avec celui caché dans le bois à notre droite) nous chargèrent. J'ai rarement vu quelque chose d'aussi rapide que ces énormes chiens. Le combat fut âpre et difficile, mais nous finîmes par avoir le dessus et achever ces trois créatures infernales. Ranoïn (un prêtre de Moradin) se hâta de soigner les blessés puis nous fîmes le tour du lac pour essayer de trouver d'autres informations. Il faut noter que pendant que nous fumes occupés avec ces trois horreurs, le ciel avait repris une apparence normale, la lueur rouge provenant du lac avait disparu et l'eau avait progressivement cessé de bouillonner.
Eldinarin'dan (soutenu par un sortilège d'Elevnia pour respirer sous l'eau) m'accompagna pour fouiller les profondeurs du lac. Jamais je n'aurais cru qu'un elfe de la surface puisse nager aussi bien, j'avais l'impression d'être à la maison et de partir en exploration avec Mald'jeyïn. Les terrestres sont vraiment plein de surprises. Nous avons alors découvert un cristal au centre du lac, voilà donc la cause de la lueur rouge. En tournant autour, j'ai pu constater de façon très brève que quelque chose était inscrit en son sein. Le texte (je cru d'abord qu'il était écrit dans une sorte d'alphabet runique) draconnique était sans conteste plus important que ce que le cristal pouvait vraiment contenir comme écrit. Jouant de précautions, nous le laissâmes dans l'eau et je posais des glyphes de douleur tout autour de celui-ci. Tia, Marck, Ranoïn et Hunter restèrent près du lac pour le surveiller tandis qu'Eldin, Maloniel, Elevnia et moi-même retournâmes en ville avec l'un des molosses pour rendre compte de nos découvertes à Kaïn, Wolrajh et Luc. Nous apprîmes que la porte Nord d'Arabel avait été attaquée par des démons du second pallier qui furent vite mis en déroute. Après une bien longue discussion, il fut convenu de tester le cristal, pour découvrir s'il s'agissait ou non d'un portail et où il pouvait mener.
Malia et Marion nous accompagnèrent (grand mal me pris de le leur demander... si j'avais su...). Nous repartîmes rapidement au lac avec la clé. Marc et Ranoïn sont alors retournés en ville pour prêter main forte en cas d'attaque. Malia mis en place une barrière pour nous protéger de tout ce qui pourrait sortir du lac. Jugeant plus sage de ne rien faire avant le lendemain matin, nous repassâmes les derniers événements en revu, décidâmes des tours de gardes puis chacun alla prendre un repos bien mérité.
C'est avec un gloussement que Maloniel vint me réveiller pour mon tour de garde. Et c'est aussi avec un gloussement que je réveillai Marion, en lui montrant le motif de mon rire et lui faisant signe de ne pas faire trop de bruit. J'ignore ce qu'il s'est passé entre Maloniel et Tia mais ces moments de légèreté sont comme un baume sur nos esprits après certains événements. Après avoir aperçu au loin la forme d'un drake ou d'un dragon, je préférais réveiller Hunter pour qu'il se tienne prêt en cas d'attaque. Le jour nouveau commença dans la joie et l'allégresse. Nous fûmes tous particulièrement léger et souriant, surtout vis à vis de Tia et des magnifiques moustaches qu'elle avait gagné pendant la nuit. Je crains juste qu'elle n'ait pas apprécié cette blague puisqu'elle s'est empressée de pousser Maloniel à l'eau (une chance que Malia ait déjà retiré le bouclier runique qu'elle avait placé). C'est donc avec une Tia bougonne et un groupe souriant que nous entreprîmes d'activer le cristal que j'avais ramené à la surface. Kaïn avait raison, il s'agissait bien d'un portail. Nous nous sommes retrouvés dans une sombre pièce dont l'architecture nous est inconnue. Marion nous a signalé que cela n'avait rien de Zhentarim, et à priori les murs semblent avoir été fait depuis longtemps. Il faut d'ailleurs que j'aille vite à la bibliothèque pour faire quelques recherches à ce sujet. La pièce donne sur quatre « entrées ». Des rats, ne vivant qu'en Outreterre d'après mes compagnons, courraient ici et là en nous observant. Nous n'avons pu nous aventurer que dans l'un des quatre tunnels, éclairés par Elevnia. La chaleur devint rapidement plus élevée. Arrivés dans une sorte de grande salle, nous vîmes un lac de lave en son centre, il y avait une ouverture au dessus de celui-ci qui formait une sorte de puits ou de cheminée. Nous poursuivîmes notre route, empruntant un second tunnel pour apercevoir dans une autre pièce un second lac de lave. Eldinarin'dan nous fit signe de faire silence et retourna sur ses pas, vers la première salle. Une créature immense et entièrement noire sortait de la lave. Ses bras s'achevaient par des griffes, ses oreilles étaient longues et effilées, des cornes étaient apparentes. Nous n'avions pas de doute sur ce qui venait d'arriver et qui nous avait d'ailleurs repéré. Elle s'éloignait de nous, reculant vers l'entrée alors que nous étions encore dans le tunnel. Elevnia ne fit ni une ni deux et attaqua à l'aide d'un sort de glace ce démon. Hunter s'élança en avant, cherchant du regard le démon qui avait été projeté dans l'autre tunnel. Alors que chacun commençait à sortir et se préparer au combat, je me concentrais de mon coté pour bloquer le tunnel menant vers le deuxième lac de lave. Tia, Marion et Malia n'eurent pas le temps de sortir pour leur part qu'un autre démon fit son apparition. Tandis que Tia et Marion le tenaient en respect, Malia fit montre de son talent en lançant une glyphe contre la créature. Je finissais de préparer mon sortilège de mur d'eau lorsqu'un cône de feu fut lancé sur mes camarades. Tout se passa si rapidement ! Je sentis une vague de chaleur et la lueur caractéristique sortir du tunnel dans une déflagration. Je vis Marion et Malia tomber sous le coup de cette attaque. Tia reculait, blessée, les jambes flageolantes. Je m'avançais et dépassait Tia pour bloquer le boyau avec ce mur d'eau et préparer un autre sortilège tout en surveillant et en reculant progressivement. Tia avait eu la force de sortir en trainant à sa suite Marion et Malia. Hunter m'avait rejointe et se préparait déjà à attaquer le molosse qui était la cause de cette attaque et qui passait petit à petit le mur d'eau. Elevnia, qui venait d'arriver, lança une puissante attaque élémentaire contre ce chien infernal, ce qui eu pour effet de le faire battre en retraite. Eldinarin'dan soigna autant que possible les blessées, aidé par Tia lorsqu'elle se fut elle-même stabilisée. La prudence nous ordonna de repartir aussi vite que possible en ville, pour que les blessés y soient soigner et parce qu'avec un tel coup... il valait mieux reprendre des forces et discuter de la suite avec Kaïn. Le cristal fut replacé dans l'eau, et je remis des glyphes autour de celui-ci... même si elles n'auront qu'un maigre effet... c'est toujours mieux que rien.
Malia et Marion sont au temple de Lathandre où Luc et ses compagnons s'occupent de les soigner. Wolrajh parcourt en ce moment la ville pour y mettre divers cercles de protection en cas d'attaque démoniaque. Nous avons longuement discuté avec Kaïn, lui relatant tout ce qu'il s'était produit, échangeant nos impressions et nos suppositions quand à ces cristaux. J'ai laissé mes compagnons poursuivre plus en avant la conversation avec Kaïn. Je profites de quelques instants pour relater ici les derniers événements avant de me rendre à la bibliothèque d'Arabel. J'espère trouver quelques informations sur l'architecture de cette fameuse salle. Dommage que le temps soit contre nous, sinon je serais allée au Temple d'Oghma...
Oghma... aide moi je t'en prie.. permet moi de trouver des informations qui pourront nous aider dans cette quête.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Lun 17 Août, 2009 00:59

10ème jour de Ches 1373

Enfin nous voici de retour !
Après avoir passé deux jours à sortir de l'horreur de la mort de Mystra, c'est une véritable bénédiction que de revenir à Arabel.
Mais commençons par le commencement.
A notre retour d'expédition à travers le cristal-portail, nous fûmes invités à nous présenter dès le lendemain devant Maroung de Grifferouge, conseiller du Roi Azoun IV. C'est donc affublés de tenues « convenables » que nous nous retrouvâmes tous dans la salle de réunion de l'auberge du Dragon Rouge, accompagnés de Maitres Kaïn, Wolraj et Luc. Sieur Maroung fut bref et clair quand aux raisons de notre rencontre. Il nous fut proposé de nous installer dans le Cormyr, un lieu ou une terre serait à notre disposition, à nous de trouver l'endroit nous convenant le mieux, à soumettre à l'acceptation du Roi, en échange de nous tenir à disposition du Cormyr pour diverses missions qui seront rétribuées.
Sieur Maroung, Kaïn, Wolraj et Luc se sont retirés après nous avoir énoncés cette proposition et nous avoir fait lire l'ébauche du contrat, nous laissant méditer ces paroles.
Très sincèrement, je fus particulièrement étonnée de l'ampleur de tout ceci, mais il faut avouer que ceci a marqué un renouveau dans nos liens. La porte fut à peine fermée que nous étions lancés dans de grand débats, cherchant le nom qui devait nous caractériser, acceptant tous sans le dire de rester dans le Cormyr. C'est donc avec fierté que je vous apprend Maitre An'gyn que j'appartiens à présent à la Compagnie du Griffon d'Airain. Nous avons encore beaucoup à mettre en place, notamment une charte. Pour ma part, je souhaite trouver un moment pour discuter de cela avec Maitres Kaïn, Wolraj et Luc, dans une telle situation, leurs conseils et avis me seront des plus utiles. J'avoue que je crains que tout cela ne soit précipité, même si au fond je pense que si nous ne devions rester ensemble, il y a bien longtemps que nos chemins se seraient séparés.
Enfin, malgré l'excitation de cette nouvelle, nous partîmes nous coucher tôt pour, dès la première heure, en finir avec le portail que nous avions trouver. Nous avions planifié de détruire celui-ci avec l'aide de Malya et de sa connaissance des runes.
Le lendemain, une fois sur place, tout se passa merveilleusement bien, enfin au moins pour la destruction de ce portail. Nous nous dépêchâmes de sortir, découvrant, à notre grande surprise et désarroi, que nous nous trouvions en un lieu étrange nommé La Mort de Mystra... oui, par un fait étrange, le portail s'est ouvert sur ce lieu emplis d'abomination, ce lieu où Mystra trouva la mort lorsque Heaum l'empêcha de retourner dans les cieux, c'est du moins ce que Maloniel nous a appris sur tout cela. Repenser à ce lieu me donne des frissons. Nous avons échappé de justesse à une araignée immense avec des troncs d'arbre pour pattes, nous avons croisé de l'herbe qui criait et qui saignait, des fleurs avec en leur centre un oeil, des étendues de côtes, de dents, de tibias, des routes qui évitent les voyageurs, un soleil-anneau, des framboises qu'il faut désosser car elles sont pourvues de colonnes vertébrales et qui se mettent à crier lorsqu'elles sont cueillies... et bien d'autres choses... bien d'autres choses...
Nous avons erré dans cette contrée pendant deux jours, incertains de trouver la sortie, priant pour suivre la bonne direction, et puisant dans nos réserves car nous refusions de dormir dans un tel endroit.
C'est avec une grande joie que nous vîmes les contours d'Arabel se profiler devant nous. Une fois rentré, on nous appris que Marion, s'inquiétant de ne pas nous revoir, parti à notre recherche et ramena nos chevaux. Maître Kaïn nous appris également que vu ce que nous avions effectué, la cité elle-même nous récompenserait pour cette mission.
Aucun d'entre nous ne s'est attardé bien longtemps ce soir, et c'est donc sur ces derniers mots que je vais poser la plume pour me reposer également.

PS : J'ai pu discuter avec Maitres Kaïn et Luc. J'étais surprise de les trouver encore éveillé quand je me suis levée dans la nuit. Il faut dire que je me suis habituée à ce que les terrestres aient besoin de beaucoup de repos, du moins les humains et Elevnia. Enfin, nous avons très longuement discuté. Ils m'ont confirmée ce que je pensais, à savoir que si notre groupe n'était pas fait pour s'entendre, il y a bien longtemps que nous nous serions séparés. Ils ont ajouté que c'était vraiment une grande opportunité à saisir pour de jeunes gens comme nous et ils m'ont donné de nombreux conseils quand à tout ceci. La franche camaraderie dont ils font preuve me donne bon espoir pour la Compagnie. Kaïn et Luc m'ont racontée plusieurs anecdotes de leurs aventures, dont comment ils ont mis en déroute une armée sur le plan démoniaque avec Maloniel, encore bien jeune à l'époque. J'avais parfois l'impression de vous entendre en écoutant Maître Kaïn, surtout lorsqu'il a commencé à me donner quelques conseils vis-à-vis de la magie qui coule en moi et des habitudes que je dois prendre en tant que jeune ensorceleuse. Maloniel nous a rejoint avant l'aube et nous avons longuement discuté toutes deux quand à l'avenir de notre compagnie, échangeant sur les bases d'une charte et sur les meilleures possibilités quand à la proposition de nous établir ici. Nous pensons notamment à ré-ouvrir une route commercial en nous occupant d'un relais à l'abandon. Reste à voir ce qu'en pense les autres et à trouver le lieu le plus opportun. Je prie pour qu'on soit près de la mer ou, au moins, près d'un immense lac. Maloniel m'a, durant notre longue discussion, offert un anneau en gage de notre amitié. Elle m'a expliqué que celui-ci agissait quelque peu comme la broche de ménestrel qu'elle porte, c'est à dire qu'il me cachera à toutes tentative de détection ou de scrutation mais aussi contre les lectures de mes pensées. Je ferais tout pour ne pas faillir à cette amitié.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Mar 18 Août, 2009 20:30

11ème jour de Chès 1373

Tia est si étonnante, si imprévisible aussi !

Ce matin, nous commencions à préparer le voyage vers Eauprofonde. Un voyage très court puisque nous cherchions quelqu'un pour nous y amener par portail pour une seule journée. Il faut dire, Marck, notre paladin de Tyr, avait reçu pour mission de son temple de remettre un coffret entre les mains d'un grand-prêtre depuis un certain temps déjà. Il devenait donc urgent qu'il honore cet engagement. Tandis que je parlementais avec Maitre Kaïn pour qu'il nous crée un portail et nous accompagne, Ranoïn alla voir deux de nos connaissances, Jarl, un aubergiste et sa fille Janyl qui se sont retrouvés bien loin de la Porte de Baldur suite à un fâcheux incident, pour leur proposer de se joindre à nous dans notre futur entreprise de relai, et également pour leur demander d'envoyer un courrier aux autorités de Baldur afin de leur faire savoir qu'ils avaient décidé de rester dans le Cormyr. C'est seul et sans réponse que Ranoïn nous retrouva peu après, nous apprenant que non seulement Jarl et Janyl étaient absents, mais également qu'il avait découvert un étrange message dans leur chambre.
Le message en question était codé et signé d'un cimeterre si incurvé qu'il ressemblait à un croissant de lune. Elranaël, un mercenaire semi-elfe qui se joint parfois à nous, parvint à décrypter la missive et nous appris ainsi que nous devions amener Tia dans une auberge au nom particulier : «Le Diable Moussu ». Je tiens juste à signaler, quand à cette auberge, que c'est une chance que ce ne soit pas le genre d'endroit qu'il me fut donné de voir en premier chez les terrestres, je vous assure que je serais rentrée aussi vite chez nous si cela avait été le cas ! Je n'ai jamais vu encore d'auberge si... délabrée, si sale, si... je ne vois pas de mots assez fort pour décrire ça ! Mais rendez-vous compte, ils y servent en plus la bière à la LOUCHE !!!!
Enfin donc, comme je vous expliquais, la missive demandait à ce que nous amenions Tia là-bas. Nous sommes entrés en petit groupe pour certains, seule pour ma part. J'avais pris la précaution de me lancer un sort de lecture de pensées auparavant (oui, j'ai découvert récemment que j'étais capable de ce genre de chose). Tia est entrée accompagnée de Marck et Ranoïn. Trois personnes, deux hommes dont un mage et une armoire vivante flanqués d'une spadassine, l'attendaient avec une certaine impatience, et le mage se fendit d'un sourire en invitant Tia à s'asseoir à sa table. Il ne cessait de penser à la mission qu'il allait enfin accomplir, à la forte récompense qu'il percevrait et que les négociations allaient enfin pouvoir commencer. Je ne retranscrirais pas toute la discussion qui ensuivi, ni les provocations qui fusèrent (nombreuses furent l'œuvre de Tia par ailleurs). Je résumerais en disant qu'ils voulaient échanger Tia contre nos deux connaissances, que notre amie se devait de retourner chez elle, et que la récompense offerte les obligeait à tout faire pour la ramener à sa famille. Au bout d'un échange ardu, Tia accepta de les accompagner... imprévisible Tia.
Personne ne s'attendait à cela ! Ni ces trois mercenaires, ni nous. Tia avait choisi de simplement les suivre, permettant ainsi la libération de Jarl et Janyl. Enfin, pas besoin de vous dire qu'une fois que nos connaissances furent libérés, nous nous sommes dépêchés de sortir Tia de ce mauvais pas. D'ailleurs, les mercenaires et l'étrange prêtresse de Shar qui les accompagnait n'eurent pas le temps de tous se mettre en selle, que Marck avait déclenché les hostilités suivi de près par Ranoïn qui les avait pris par revers. Maloniel est arrivée à temps pour se charger d'un arbalétrier sur le toit. Tia ne resta pas sans réagir puisqu'elle avait réussi, visiblement, à semer assez de doute dans l'esprit du guerrier (ou plutôt l'armoire vivante) et que celui-ci resta sans agir pendant le combat. Il lâcha immédiatement ses armes lorsque son chef fut vaincu. Ils furent convaincu de partir très loin et d'oublier à tout jamais l'existence de Tia s'ils ne voulaient pas prendre le risque de perdre la vie, chose qu'ils acceptèrent rapidement d'ailleurs.
Nous sommes rentrés depuis peu de cette aventure. Tia évite soigneusement le sujet, refusant catégoriquement de répondre aux questions de nos compagnons. Je ne pense pas que certains se satisfassent de son silence. Mais pour l'heure, nous nous préparons pour le voyage de demain, mais aussi à accepter officiellement l'offre du Roi Azoun IV faite par le biais de son conseiller Maroung de Grifferouge.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Mar 22 Sep, 2009 23:40

29ème jour de Ches 1373

Encore tant de choses à vous conter ce jour.

Je sais que mes écrits sont plutôt sporadiques, mais vous en comprendrez la raison en lisant ces pages.
Nous sommes arrivés à Wheloon depuis hier, et nous comptons bien y prendre quelques jours de repos des plus mérités. Lors de mon dernier compte rendu, je vous avais expliqué que nous devions nous rendre à Eauprofonde pour la mission de l'un des nôtres. Je dois vous dire que c'est surement l'un des derniers moment de calme que nous avons eu depuis lors.

Commençons par Eauprofonde : Maitre Kaïn nous y a emmené les 12 et 13ème jour de Chès. Tout s'y est relativement bien passé. Marck a pu honorer la mission que le temple de Tyr lui avait donné, et il en fut largement récompensé. Nous avons profité de notre temps sur place pour élaborer notre charte. Oh, et oui avant notre départ, nous avons signé notre contrat d'engagement avec le Cormyr.
Comme je disais, tout s'est relativement bien passé à Eauprofonde, si l'on excepte le combat auquel nous avons du prendre part alors que nous ne voulions que refuser une mission. En effet, un elfe surnommé le Serpent souhaitait nous recruter pour rechercher l'un de ses parents mystérieusement disparu.
Après en avoir discuté avec Monsieur Yann, il s'est avéré que ce fameux « Serpent » avait en sa possession un objet que des habitants de Thay voulaient récupérer. Enfin, tout cela dépassant de loin nos compétences et le temps que nous avions devant nous, nous décidâmes de refuser cette mission. Maloniel eu, comme à son habitude, la brillante idée de vouloir l'annoncer de vive-voix à l'elfe. Autre fait habituel à présent, Monsieur Yann décida dès lors de l'y suivre « On ne sait jamais, après tout c'est Maloniel » a-t-il même ajouté. Enfin, Yann est revenu peu après nous chercher Tia, Marck et moi. Maloniel et les autres avaient eu l'infortune de trouver des hommes de Thay dans la demeure du Serpent. Le résultat fut un combat sans que nous eûmes le temps de dire quoi que ce soit. Enfin, grâce soit rendu à Sashalas, tout cela nous a permis de mettre la main sur un parchemin et d'éviter ainsi des ennuis à un inventeur gnome qui, par précaution, nous accompagna dès le lendemain pour Arabel.

Nous avons ensuite, une fois de retour à Arabel, souhaité prendre une semaine pour préparer notre prochain voyage, celui qui nous permettrait de trouver l'endroit où nous nous établirons. J'en ai profité pour faire fabriquer par un maitre forgeron de la cité une arme bien de chez nous, un tebutje, que j'ai fait parvenir à Monsieur Yann pour le remercier de toutes ces fois où il nous a aidé. J'espère simplement que c'est arrivé à bon port.
Enfin, nos préparatifs pour le départ ne furent pas de tout repos puisque Hunter s'est retrouvé menacé par un vampire, rien que ça... Enfin, disons plutôt que cette créature avait laissé 24 heures à Hunter pour qu'il lui amène une personne, peu lui importait qui. Dans le cas où notre ami n'obéissait pas, l'infâme créature menaçait de lâcher diverses informations concernant les membres de notre groupe. Nous passâmes la journée à chercher des informations pour combattre cet être des ténèbres. Nous apprîmes notamment qu'il s'agissait vraisemblablement du vampire qui avait attaqué Maloniel il y a plusieurs années de cela, dans cette même citée. Après avoir élaboré une stratégie, selon laquelle Hunter devait « livrer » Tia à Ravin Noir (le nom de ce vampire), nous nous engageâmes vers le lieu du rendez-vous. Dois-je préciser qu'une fois sur place, les choses ne se passèrent pas comme nous l'avions prévu ? Pour commencer, nous avions mis trop de temps pour nous préparer... lorsque nous sommes arrivés au lieu-dit, le soleil n'allait plus tarder à se coucher. De plus, nous devions faire avec les quatre zhentarims que nous trouvâmes sur place. La confiance n'étant pas de mise ici, nous dûmes les combattre pour éviter de les avoirs dans le dos ensuite. Le résultat fut qu'une fois que le dernier de ces hommes fut mis hors d'état de nuire, nous fûmes accueillis par les applaudissements de Ravin Noir. Tout était tombé à l'eau... notre plan... l'effet de surprise... tout... Nous avons alors essayé de gagner du temps, d'une façon ou d'une autre, pour finir par clairement refuser de lui « offrir » l'un des nôtres. Et là, à ma grande surprise, le vampire nous fit signe de partir, nous laissant un sursis supplémentaire pour lui donner quelqu'un.
J'admets que je voulais que nous partions sur l'instant. Nous n'étions pas, à mon sens, suffisamment préparés. Mais Tia voulait en découdre, et les autres semblaient de son avis. Suivi par Elevnia, Tia mis le feu au moulin dans lequel le vampire était retourné. Celui-ci essaya de s'échapper par le toit, mais il fut aussitôt accueilli par des salves de projectiles, magiques ou non. Il parvint cependant à s'enfuir par la voie des airs, pourchassé par Elevnia. Mais il n'avait pas dit son dernier mot car, alors qu'il commençait à s'élever, je fus frappée par surprise par Maloniel qui se trouvait sous le contrôle de cette maudite créature.
Je sais surtout que lorsque je repris mes esprits suite aux soins de Ranoïn, une meute de loup s'était approchée de nous et Hunter et Tia essayaient de maitriser Maloniel tant bien que mal.
Il nous fallut un certain temps pour nous débarrasser de ces loups... temps pendant lequel Maloniel finit par redevenir elle-même. Une fois cette tache achevée, nous nous séparâmes. D'un coté, Tia, Ranoïn et Maloniel restèrent près du moulin, attendant la garde qui ne devait plus tarder à arriver, ameutée par les flammes. De l'autre coté, Hunter, Marion, Elevnia et moi-même partîmes avec l'un des zhentarims pour l'interroger avant de le remettre aux autorités. Ils en avaient, comme je le pensais, après Marion. Ils la considéraient comme une traitresse et avaient entendu dire, par le vampire, qu'elle était avec nous.
Que dire de plus sur les derniers jours que nous passâmes à Arabel ? Nous reprîmes les préparatifs de notre voyage. Hunter continua à poser des questions sur les façons de combattre les vampires et passe, depuis lors, beaucoup de temps à tailler des pieux. Nous cherchons aussi le moyen le plus efficace de défaire le lien que cette immonde créature a imposé à Maloniel. J'ai consulté, peu après cette histoire, un cartomancien. Je voulais la vision des choses d'une personne ne me connaissant pas. Bien que la plupart de ses paroles furent d'une généralité étonnante, je suis assez d'accord avec certaines de ses paroles, notamment en ce qui concerne le vampire. Il est plus que probable que celui-ci nous laisse tranquille pour un moment, surtout vu la tournure des évènements lors de notre rencontre. Mais nous ne devons, cependant, pas oublier sa présence... surtout avec les contacts qu'il doit avoir. Pourtant, c'est comme jouer avec le feu, car à trop montrer qu'on souhaite garder un oeil sur lui et ses activités... on ne fera qu'attiser encore plus son besoin de vengeance.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Mer 07 Oct, 2009 22:54

30ème jour de Chès
Je profite du paisible silence de la salle commune pour écrire ces quelques lignes. L'auberge de l'Elfe à la Pomme est très agréable. Elle doit son nom non pas à l'histoire qu'Eldin nous a conté, parlant de troll, de pommes et d'elfe... beurk.... Non elle doit son nom au fait que le propriétaire de l'endroit, un elfe de lune, offre une pomme à chacun de ses clients tout simplement.
L'aube pointe à peine. Ama a fini par s'endormir près de l'âtre. La proximité du fleuve lui fait grand bien, ou plutôt nous fait grand bien. Contrairement à ce que j'imaginais, le lien que nous partageons ne cesse de croitre, devenant toujours plus profond, toujours plus simple et pourtant complexe... il est si bon d'avoir un être près de soi avec qui partager ses perceptions et les jeux... grâce à Ama, je me sens moins éloignée de la maison.
Nous quittâmes Arabel le 20ème jour de Chès. Nous n'avions pris que ma roulotte, et les montures de mes compagnons. La compagnie du Griffon d'Airain était au complet pour cette recherche d'un endroit où nous établir.
Le soir du premier jour de route, nous nous arrêtâmes aux abords d'un village dont le nom m'échappe. Nous fûmes surpris par le spectacle qui nous attendait sur la grand'place. Tous les villageois s'étaient attroupés là, fourches, pelles, râteaux en main, criant leur mécontentement mêlé d'une étrange satisfaction qui me donnait des frissons. Plusieurs d'entre eux portaient également des torches. Nous observâmes ce qui retenait leur attention, et vîmes un immense tas de bois, sur lequel un tronc était fixé debout, et une silhouette y était attachée.
Marck ayant murmuré qu'aucun mal ne se dégageait de cette personne, mes compagnons se rapprochèrent pour se rendre compte de ce qu'il se passait exactement. Après un moment d'attente, je m'approchais du groupe avec la roulotte. Eldin' et Marck étaient en grande discussion avec ce qui semblait être le chef des villageois. Je me rapprochais encore, afin d'entendre leurs propos et de voir qui était ainsi attaché à ce bûcher. Eldin', Marck et Maloniel se retirèrent dans une maison afin de parlementer avec l'homme. Pour ma part, j'étais abasourdie par ce que mes yeux me montraient. J'avais déjà entendu parler de Drow, et tel fut le nom que les hommes autour de moi utilisaient pour désigner l'être qui était attachée.... mais jamais auparavant je n'en avais vu. Sa peau était aussi sombre que les abîmes de l'océan, ses cheveux blancs semblaient scintiller et reflétaient la lumière des torches. Le plus troublant était son regard... ses yeux étaient d'un violet profond, comme jamais je n'en avais vu jusqu'alors, mais c'est ce qu'ils exprimaient qui me laissa perplexe... il y avait dans son regard de la colère certes, mais aussi une certaine solitude, une sourde résignation... elle s'était trouvée au mauvais endroit au mauvais moment, et on la jugeait pour cela... ça et parce qu'elle était née elfe noire. Elle me rendit mon regard perplexe alors que je m'approchais encore de quelques pas. Je finis par apprendre qu'elle se nommait Telyrra, suivante des préceptes d'Elistraée. Nous discutâmes quelques instants lorsque Marck, Eldin' et Maloniel revinrent vers nous. Ils nous expliquèrent la situation et la proposition que le chef leur fit. Il avait admis que Telyrra n'avait rien fait de mal, à part être une elfe noire et s'être trouvée trop près du village. Cependant, il lui fallait calmer les esprits, et livrer cette elfe au bûcher était, semble-t-il, la meilleure façon d'apaiser les villageois. Si nous voulions sauver la vie de cette femme, nous devions aller vers les tertres à l'est du village, où des personnes avaient mystérieusement disparues. Nous acceptâmes la mission, précisant que nous partirions dès le lendemain matin, et exigeâmes que Telyrra soit détachée et bien traitée jusqu'à notre retour. Ranoïn resta au village pour s'assurer qu'aucun mal ne serait fait à l'elfe noire.
Nous partîmes tôt ce matin là, marchant à travers des champs rendus boueux par la fonte des neiges et du gel. Après une longue route, nous arrivâmes près des tertres. Le silence environnant donnait une impression de lourdeur et d'immobilité à ce lieu. Ama s'agitait tandis que je m'efforçais de sentir à travers ses sens. Elle percevait un prédateur qui lui était inconnu. Je lui demandais de rester en retrait lorsque nous nous mîmes à sonder chacun des tertres. Nous ne sentions que des relents de chair avariée, décomposée, et nous trouvâmes bientôt des ossements, rongés d'après ce que constata Hunter. Marck finit par découvrir la source de cette désolation dans l'un des tertres. Nous nous préparâmes, préférant attirer la chose vers l'extérieur. Maloniel, Tia, Marck et Hunter se postèrent de chaque coté de l'entrée. Elevnia se plaça au dessus, afin d'user de sa magie dès que la créature sortirait. Eldin' s'était placé en retrait, son arc prêt. Pour ma part, bien que je fusse derrière mes compagnons, je découvris bien vite que je n'étais pas assez éloignée de ce qui nous attendait. Maloniel envoya un fumigène dans l'antre, puis nous attendîmes, chacun aux aguets du moindre son, du moindre mouvement. Le temps semblait s'étirer à l'infini tant l'attente me parue longue. Puis, cela vint. Nous entendîmes non pas un, mais des rugissements, tous émis pratiquement en même temps, et le sol se mit à trembler sous les pas de la créature. Lorsqu'elle sortit enfin de son antre, je ne pus réprimer un hoquet de surprise... une hydre se tenait devant nous, chacune de ses têtes se dirigeant vers un assaillant. Son corps puissamment bâti faisait, au garrot, la taille de Mar'reck, je me demande d'ailleurs comment il se porte. Enfin, ajoutez à cela un autre Mar'reck pour chaque cou et tête, et vous aurez la hauteur de l'hydre qui se tenait face à nous. Ses écailles étaient d'un bleu irisé et d'argent. J'ai appris ensuite qu'il s'agissait d'une Hydre de Glace. Tout se passa très vite lors du combat, mes compagnons attaquèrent sans relâche la créature, la surprenant et gagnant rapidement l'avantage sur elle. Pour ma part, mon manque de connaissance de
ce genre de créature a bien faillit me couter cher... je me pensais suffisamment éloignée pour l'attaquer avec ma magie, mais c'était sans compter sur sa capacité a nous envoyer un effroyable souffle de glace. Je ne pus esquiver son attaque et ne parvins que de justesse à me mettre ensuite à l'abri derrière une haute pierre. J'eus bien des difficultés à assembler ensuite mes esprits pour rappeler à moi ma magie, mais je constatais bien vite que mes compagnons n'avaient nul besoin de moi. En moins de temps que je ne le pensais possible, ils avaient mis l'hydre hors d'état de nuire. Les Hommes récupérèrent l'une de ses têtes pour l'apporter au village en tant que preuve. Nous prélevâmes également diverses parties de la créature que je conserve précieusement en attendant d'avoir de quoi travailler sur cela.
Après avoir consciencieusement vérifié les autres tertres, nous retournâmes au village avec notre macabre trophée. Le soir venu, Hunter conta, assisté d'une Tia particulièrement espiègle qui remuait la mâchoire de l'Hydre, comment nous vînmes à bout de la créature. Tel que cela fut convenu, les villageois relâchèrent Telyrra qui nous accompagne depuis.
N'en demandant pas plus, nous reprîmes la route dès le lendemain matin afin de rejoindre Immersea. C'est sur cette route que nous avons rencontré Lucas De Selgonte, un riche marchand sembien, qui derrière ses beaux atours et ses belles manières, cache un être abject et calculateur comme nous le découvrîmes bien rapidement. L'essieu de sa roulotte était brisé, ou plutôt comme scié tant la cassure était nette. De Salgonte nous expliqua qu'il se rendait à Immersea pour négocier une route commerciale avec la Sembie, chose que beaucoup de personne aimeraient voir échouer selon ses dires. Il nous proposa ensuite de nous rétribuer si nous pouvions l'escorter jusqu'à la cité. Et bien que sa façon d'être nous fit grincer des dents, nous acceptâmes...
Je me dois d'arrêter là mon récit. Un capitaine vient nous annoncer que le Seigneur Barberouge souhaite nous rencontrer à l'instant. Vu que même Hunter songe à se rendre plus présentable, je pense que je devrais en faire tout autant. Je reprendrais la suite aussi vite que possible.
Bien à vous,
Any'enka.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Sam 10 Oct, 2009 15:57

30ème jour de Chès 2nde partie.
Nous venons de rencontrer Sarp Barberouge, Seigneur de Wheloon. C'est un homme aussi immense que Hunter, et à peine moins large. Il a le mérite d'être quelqu'un de direct, s'adaptant sans la moindre difficulté à son auditoire, même quand il s'agit d'un groupe aussi disparate et indiscipliné que le notre. Nous lui avons fait part de la raison de notre présence sur ses terres. Il n'a rien contre le fait que nous cherchions à nous établir dans les alentours, à condition bien sur que nous le consultions en premier sur le lieu choisi. Nous lui avons raconté également les événements importants dont nous avons eu connaissance, essentiellement ce que nous avons découvert à Immersea... événements que je me dois de vous conter. Cependant les choses se sont succédées à une telle vitesse là-bas, et certains évènements sont si douloureux, que j'en ferais un résumé plus bref qu'à l'accoutumée.

Je vous ai parlé de notre rencontre avec Lucas De Selgonte et de son offre. Nous l'accompagnâmes donc jusqu'à Immersea puisque c'était justement là où nous nous rendions. Nous constatâmes que ce marchand avait l'étrange tendance à se porter garant pour nous... un peu trop systématiquement d'ailleurs. Alors qu'il s'était établi au château, nous allâmes prendre des chambres dans l'une des auberges de la ville. Peu après, Maloniel reçut une invitation pour le soir même de la part de ce marchand (au grand désespoir d'Eldinarindan, même si celui-ci s'en défend). Enfin, pour faire simple et aller à l'essentiel – il sera toujours temps de vous raconter les choses plus en détail lorsque nous nous reverrons – les choses commencèrent à aller de travers dès notre premier jour à Immersea. L'après-midi même, plusieurs d'entre nous se rendirent compte que l'on était suivi. Maloniel parvint à se rendre invisible aux yeux de son poursuivant, et le prit en filature jusqu'au château. Le soir du premier jour, un incident commun et similaire se produisit dans l'auberge où je me trouvais avec mes compagnons, et au château où se trouvait Maloniel. Dans les deux endroits, toutes les sources de lumière furent brutalement et simultanément soufflées. Marck pu, grâce à son pouvoir de détection du mal, percevoir les ombres qui tournoyaient dans la salle commune. Ce fut à ce moment que l'on entendit un cri venant de la cuisine. Alors que les lumières se rallumèrent, nous nous dirigeâmes vers le lieu dit et nous découvrîmes le maitre-cuisinier au sol, grièvement blessé, un couteau ensanglanté non loin de lui. Tia fit le nécessaire pour stabiliser la blessure de celui-ci. Nous apprîmes plus tard qu'une autre attaque avait eu lieu au château, et ce dans le même temps. Le voisin de table de Maloniel avait été tué, une dague plantée entre les omoplates. Les soupçons de la garde se portèrent sur Maloniel, mais Lucas De Selgonte se porta aussitôt garant pour notre amie, et exigea qu'elle puisse retourner à notre auberge. Le gant était jeté, nous nous devions de découvrir la raison de ces deux attaques. Ne croyant pas aux coïncidences, nous nous efforçâmes de trouver ce qui pouvait relier ce cuisinier et le marchand assassiné. La théorie voulant que Selgonte soit la cible de personnes ne voulant pas qu'il mette en place certains plans commerciaux ne tenait pas. Si tel était le cas, pourquoi ne pas l'avoir attaqué lui ? De même, l'étrange façon dont l'essieu de son carrosse était cassé, s'il était vraiment une cible, pourquoi a-t-il attendu que des voyageurs passent par là pour se faire escorter ? Après tout, il avait sa propre garde avec lui. Cependant, malgré nos soupçons et suite aux réflexions de Maloniel, nous préférâmes travailler de « concert » avec lui, espérant par la même occasion tirer de lui des informations essentielle à notre enquête.
De fils en aiguille nous constatâmes plusieurs choses déconcertantes, comme le fait que l'effroyable trio de Kossuth était lui aussi à Immersea. Nous n'aimions pas ce hasard récurrent qui les plaçait trop souvent sur notre route. Même s'ils ne s'étaient jamais directement attaqués à nous, nous avions laissé trop d'ennemis derrière nous et nous avions constaté trop de chose à Immersea pour que tout cela soit anodin. Nous apprîmes progressivement que plusieurs personnes, dont le cuisinier et le marchand, étaient liées à une histoire de vente d'artefact, un jeu de carte fantasmagorique pour être plus précise. Un homme, apparemment âgé et qui prenait soin de toujours masquer son visage, se trouva dans une colère non contenue lorsque l'artefact lui échappa. Cet homme était porteur d'un blason identique à celui de Lucas De Selgonte, et bivouaquait hors de la ville. Nous découvrîmes par la suite que non seulement nous connaissions cette personne, mais également que nous avions eu le tort de l'oublier alors que nous avions déjoué certains de ces plans... ce vieil homme n'était
autre que Valinus, la liche que nous avions quelque peu mis en déroute à la Porte de Baldur. Les transactions pour l'artefact s'étant passé dans le cimetière, nous nous rendîmes sur place pour tenter d'en découvrir un peu plus. Grâce à nos magies combinées, nous trouvâmes les traces d'un puissant rituel maléfique qui avait eu lieu dans le sépulcre d'un seigneur local. Ce rituel avait permis d'appeler et de contrôler les ombres qui commirent les attaques peu auparavant. Trois personnes avaient participé au rituel, Valinus ainsi qu'un prêtre de Loviatar et un de Shar.
Pendant ce temps, la garde (à qui nous avions proposé de travailler de concert) se méfiait de plus en plus de nous, des personnes qui préféraient nous tenir loin de tout cela leur ayant affirmé que nous étions corrompus... vendus au plus offrant. Lucas qui, dans un désir de vouloir nous « aider », ne fit que rendre encore plus douteuse notre crédibilité, nous informa qu'il repartait pour la Sembie le jour même. C'est alors qu'il était parti que nous nous souvînmes d'un élément en notre possession, une liste de nom, des contacts de Valinus. Par Oghma, comment avions nous pu oublier ce document ? Nous le récupérâmes de suite auprès d'Eldin, et là... rage et horreur... parmi tout les noms qui y figuraient, l'un d'entre eux nous était malheureusement connu depuis peu. Lucas De Selgonte, l'immonde crapule, était de connivence avec la liche. Pendant cette découverte, Maloniel, accompagnée d'Ama, suivait le trio de Kossuth afin de découvrir la raison de leur présence à Immersea. Ceux-ci la menèrent aux abords d'une maison abandonnée hors de la ville, où ils furent
rejoint par une paladine de Loviatar. Par ailleurs, cette paladine n'était autre que la personne qui avait, peu auparavant, attaqué Elevnia afin de nous transmettre un ordre, celui d'arrêter toute recherche.
Désirant ardemment laver notre honneur et prouver notre loyauté envers le Cormyr, nous allâmes aussi tôt que possible voir le capitaine de la garde et lui donnâmes toutes les informations en notre possession: l'attaque d'Elevnia, le message transmis, la présence de Valinus, du rituel dans le cimetière, la présence étrange du trio de Kossuth, la rencontre avec la paladine, et nous leur expliquâmes tout dans les moindres détails. Enfin, afin de leur montrer notre bonne volonté, nous acceptâmes de rester à Immersea le temps nécessaire pour que les gardes s'assurent que nous n'avions rien à voir avec cette sombre affaire.

Le temps avançant fort vite, je vais laisser là ma plume pour rejoindre quelque peu mes compagnons. Je vous écrirais la dernière partie de ce qui arriva à Immersea plus tard.
Bien à vous,
Any'enka.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Lun 12 Oct, 2009 00:15

30ème jour de Chès fin.


Comme promis, je reprend la plume afin de vous relater les derniers évènements survenus à Immersea.
Nous entendîmes parler d'un fait qui eu lieu dans le cimetière : une tombe s'était entrouverte. Mu par notre curiosité, ainsi que par nos récentes découvertes, Maloniel, Telyrra, Marck, Ranoïn et moi-même décidâmes de nous rendre sur place. Voici ce que je parvins à déchiffrer sur le tombeau en question, qui présentait par ailleurs une fissure de quelques centimètres de largeur :

« Ci-gît Archibald d'Evermor, grand mage de Netherisse.
Passant souviens toi !
Nous étions ce que tu es,
Tu seras ce que nous sommes. »


J'avais à peine fini de prononcer ces mots en langue commune que le tombeau s'ouvrit complétement, nous dévoilant un escalier qui plongeait dans ses entrailles. Nous nous avançâmes avec précaution dans ce lieu de dernier repos, observant les bas-reliefs ainsi qu'une statue de pied du fameux mage. Nous poussâmes la visite dans les salles adjacentes lorsque nous entendîmes un bruit sourd, lourd et caverneux derrière nous. Nous retournâmes en toute hâte sur nos pas pour nous retrouver face à un mur... nous étions emprisonnés. Nous passâmes plusieurs heures dans ce lieu, fouillant chaque endroit à la recherche d'une sortie, nous retrouvant face à une sorte de golem qui se révéla n'être qu'une très belle illusion. Nous dûmes également combattre quelques spectres qui se retrouvèrent bien vite mis en déroute. Nous trouvâmes plusieurs coffrets dans lesquels se trouvaient de nombreux objets magiques, nous découvrîmes également des armes, de l'or, des statues innombrables et criantes de réalisme, un gisant particulièrement ouvragé et exposé, et un passage secret menant vers un autre gisant, moins ouvragé mais entouré de coffret desquels se faisait encore sentir la magie. Nous nous étions efforcé de trouver une issue sans pour autant toucher à ce qui pouvait être précieux, redoutant les pièges qu'un tel mage avait pu élaborer pour protéger sa sépulture. Nous nous efforcions également de rester groupé, les pièces ayant la fâcheuse tendance à se refermer derrière nous.
Las de nos recherches infructueuses, nous finîmes par retourner dans l'une des premières salles, celle qui nous séparait du couloir et de l'escalier suite à l'apparition d'un mur. Maloniel sortit sa nappe, cadeau de son cher Eldin', qui se couvrit aussitôt de victuailles. C'est alors que les autres arrivèrent : Tia, Hunter, Eldin' et Elevnia furent chacun envoyés dans une pièce différente. Hunter découvrit le mécanisme qui lui permit de nous rejoindre. De là, nous nous remîmes à nos recherches, découvrant progressivement d'autres systèmes ouvrant la voie vers nos autres compagnons. Une fois tous ensemble, et les explications données, nous essayâmes à nouveau de trouver une issue. Nous fouillâmes divers gisant, longeâmes les murs en les tâtonnant. De mon coté, plus j'observais les statues, moins je trouvais celles-ci à mon goût. Leur traits étaient trop fins, trop précis. Leur peur était trop palpable... il ne s'agissait pas de simple statues, c'était là des gens.. des personnes dont la chair et l'esprit étaient emprisonnés par la pierre.
Alors que j'expliquais cela à mes compagnons, Maloniel me demanda de la rejoindre et de l'aider à déplacer le gisant le plus travaillé. Celui-ci commença tout juste à bouger que l'on découvrit un nouvel escalier. Nous n'attendîmes pas plus que nécessaire et empruntâmes ce nouveau chemin, espérant trouver par là le moyen de sortir.
Nous n'étions pas au bout de nos peines, ni de nos surprises. L'escalier nous mena à une pièce, décorée d'objets divers et d'une multitude de livres. En son centre se trouvait un trône, un squelette assis sur celui-ci et entouré d'armures animées. Grâce à ma pierre de vision, je constatai que notre « hôte » n'était pas simplement le squelette d'Archibald d'Evermor, mais plutôt qu'une liche se tenait face à nous. Nous essayâmes de le convaincre de nous laisser partir, mais lui n'avait qu'une envie, qu'un désir : celui de mettre au moins l'un de nous dans sa collection de statue. Après que Maloniel m'eut discrètement soufflé quelques mots à l'oreille, elle et moi proposâmes à la liche de nous laisser le temps de nous concerter au-dessus. Pour marquer notre bonne foi, Maloniel offrit de rester avec elle jusqu'à ce que nous revenions donner notre décision. Il fallut tirer de force mes compagnons et exiger d'eux qu'ils remontent sans tarder. C'est une fois à l'étage et loin des oreilles indiscrètes que je pus expliquer le plan de Maloniel aux autres. Elle allait s'efforcer de détourner l'attention de la liche afin de nous donner l'unique occasion que nous aurions de trouver le moyen de la détruire... nous devions sans tarder trouver le phylactère ... trouver ce qui lui permettait de rester chez les vivants dans cet état de non-mort, et détruire ceci. Bien que n'aimant pas cette idée, mes compagnons et moi-même nous mirent à la tâche... nous n'avions pas d'autres choix et nous devions bien ça à notre amie, face aux risques qu'elle prenait de son coté.
Après une rapide réflexion, nous décidâmes de commencer les recherches dans la pièce cachée, là où se trouvait le gisant et les quatre coffrets. Hunter s'efforçait de détecter les pièges, tandis que moi j'analysais les objets à l'aide de ma pierre de vision. C'est au troisième coffret que je fus sure que nous avions trouvé ce que nous cherchions. Elevnia et Eldin' étaient redescendus afin de s'assurer que tout se passait bien pour Maloniel. De notre coté, je demandais aux autres de s'écarter du coffret le temps que je sorte le phylactère grâce à ma télékinésie. Ranoïn s'était légèrement reculé, mais se tenait près à abattre son marteau sur l'objet afin de le détruire. Tout se passa bien... pendant quelques instants. Je sortis lentement l'objet et m'apprêtais à le poser au sol lorsqu'un nuage de gaz s'échappa de celui-ci.
Tout devint alors flou. J'entendis vaguement des cris, des bruits sourds, puis le noir complet. Lorsque je repris mes esprits, je vis mes compagnons avec une mine sombre, les joues de Maloniel étaient striées de larmes qu'elle ne pouvait arrêter, et Eldinarindan portait Tia dans ses bras. Mon esprit se refusait de comprendre ce que mes yeux me montraient... Tia gisait sans vie dans les bras de l'elfe. J'entendis Eldin' dire qu'il n'y avait pas un instant à perdre, qu'ils ne pouvaient nous attendre. Lui, Maloniel et Telyrra partirent précipitamment, emmenant avec eux le corps de Tia, priant pour que cette fois ils parviennent à sortir.
Elevnia et Ranoïn nous aidèrent, Hunter et moi, à nous relever et à avancer jusqu'à l'entrée du tombeau. Telyrra était revenue nous rejoindre et prononça les mots qui rouvrirent l'issue. Mon esprit était encore trop embrumé, et j'étais envahie par les images qu'Ama m'envoyait. C'est dans un silence bien lourd que nous retournâmes à l'auberge où nous trouvâmes Eldin' seul. Il nous expliqua que Maloniel avait emmené Tia à Arabel en toute urgence, voyant là-bas le dernier moyen possible de ramener notre amie à la vie.
Le lendemain matin, c'est avec soulagement que nous vîmes les deux jeunes femmes franchir le seuil de l'auberge. Tia alla dans sa chambre sans prononcer un mot. Elle s'isole souvent depuis et ne parle qu'à peine... mais comment pourrions-nous l'en blâmer ? Nous ne pouvons qu'imaginer ce qu'elle a traversé. Maloniel nous raconta rapidement qu'elle l'avait amenée au temple de Tymora, et que le nécessaire avait pu être fait. Je l'invitais à, non seulement aller se reposer, mais aussi à tenir compagnie à Tia pendant que nous réglerions les dernières choses à faire en ville.
J'accompagnais Eldin' pour faire un compte rendu à la garde. De là, je lui demandais de m'emmener voir une mage à quelques lieux de la ville. Je racontais les divers éléments à Mara, la magicienne d'Immersea et lui demandais si elle pouvait délivrer les statues de leur triste sort. Elle accepta ma requête.
Nous avons quitté Immersea ce jour-là. Le voyage jusqu'à Wheloon s'est surtout fait dans un silence tendu. Tia et Maloniel se firent lointaine et distante pendant quelques jours. Mais à présent, les choses s'améliorent lentement, progressivement... Wheloon agit comme un baume sur nous, chacun retrouvant un peu de sa joie depuis que nous sommes ici.

Alors que je relis les dernières pages que je vous ai écrit, je me rend compte à quel point nous avons joué de chance jusqu'à présent. Nous avons laissé trop d'ennemis derrière nous, nous nous sommes trop souvent contenté d'éradiquer une partie des problèmes. A présent, je crains pour nous... si nous ne changeons pas rapidement nos façons de faire, je ne suis pas sure que nous soyons capable de faire face à l'orage qui se profile. Nous devons absolument nous organiser correctement... nous devons garder à l'esprit que, une fois établi, nous serons bien plus facile à trouver pour nos ennemis. Au delà de la compagnie, il en va aussi du bien-être de nos amis et de ceux pour qui nous travaillons.

Bien à vous,
Any'enka.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Lun 12 Oct, 2009 07:43

2ème jour de Tarkash

Par Sashalas comme cela nous a fait du bien !
Hier, nous avons assisté à la fête locale dont nous avait parlé le Seigneur Sarp Barberouge. Cela fut un baume des plus apaisant sur nos cœurs. Même Tia s'est remise à sourire, elle redevient enfin elle-même après le terrible épisode qu'elle a vécu. Il est si bon de tous les voir se détendre et prendre goût à cet esprit de fête, oublier quelques instants tout ce que nous avons traversé pour arriver jusqu'ici.
C'était une fête comme je n'en avais jamais vu chez les terrestres. Elle est en fait une particularité propre à Wheloon qui célèbre ainsi la fin de l'hiver. Pour l'occasion, les rues étaient décorées de fleurs, vraies ou fabriquées, de toutes les couleurs. Il y avait dans les rues principales des stands de toutes sortes : vêtements, chapeaux amusants comme celui avec les grelots que je vous joins à ce journal, divers vendeurs de nourritures, des acrobates, des musiciens et une multitude de jeux divers et variés.
Maloniel et Tia se sont hautement distinguées en effectuant un numéro de funambules acrobates. Maloniel commença seule, dansant et virevoltant sur la corde tendue entre deux maisons. La foule retenait son souffle en l'observant pirouetter tant la tension était importante. Puis Tia la rejoignit, et elles effectuèrent ensemble quelques figures, dans une synchronisation parfaite, tout en lenteur et équilibre, se faisant le reflet l'une de l'autre. De son coté, Elevnia s'est attirée l'admiration des enfants avec des tours de magie, plus variés les uns que les autres, et tous hauts en couleurs. Hunter, pour sa part, a ébahi tout le monde en escaladant sans la moindre difficulté un immense mât graissé. Même le teneur de ce stand n'en revenait pas de cette ascension. Je ne pus manquer le regard empli d'admiration que Marion posait sur lui, et la rougeur qui empourpra légèrement ses joues lorsque, torse nu, Hunter revint vers nous. Je m'empressais de la tirer d'embarras en l'entrainant à ma suite. Elle m'avait avouée qu'elle voulait lui faire part de ses sentiments lors du bal, et cela me donna une petite idée pour l'y aider. Ranoïn s'est vaillamment illustré dans un combat de lutte. De mon coté, j'étais trop occupée à courir vers chaque stand pour chercher à vraiment me faire remarquer... bon d'accord, je préférais aussi me faire un peu oublier après ma... prestation du tir à l'arc. Certes, j'aurais peut être du m'abstenir de faire cette épreuve alors que je n'avais jamais tenu un arc de ma vie... mais à regarder les autres faire, ça semblait si facile, et la première flèche que j'ai tiré m'a même confortée dans cette idée puisque j'ai réussi à viser la cible. C'est à la seconde flèche que les choses se sont compliquées... j'ignore ce qu'il s'est passé mais, elle est étrangement partie se loger à l'opposé de ce que je visais.... donc en fait, chez une vieille dame... Et pas la peine de rire cher maitre An'gyn ! D'ailleurs... pas besoin non plus d'en parler à tout le village !
Sinon pour en revenir à Marion, son admiration pour Hunter, et l'idée que j'avais en tête, je parvins à la décider à se mettre un peu plus en valeur et je lui offris une robe dans les tons ambrées, rehaussant ainsi l'éclat de sa peau pale. Je ne suis pas peu fière de dire que ça a plutôt bien fonctionné puisque Hunter ne fut de cesse de complimenter la tenue de Marion . D'ailleurs, entre la robe et le bal, ils ne se sont plus quittés et se sont même déclarés l'un à l'autre.
Le bal, autre très grand moment de la fête ! Tia nous a merveilleusement interprété des danses de chez elle, tout en suavité, sensualité, jouant de lenteur et de rapidité, suivant à la perfection les rythmes de la musique jouée par Maloniel et Hunter. Les danses kalishites sont très particulières. Si vous n'en avez jamais vu, je vous conseille fortement de voyager ne serait-ce que pour cela. Ces danses semblent autant improvisées que préparées. Chaque partie du corps du danseur possède sa propre indépendance, donnant plus de poids, de souplesse et de volupté aux différentes intonations de la musique... que dire mis à part que c'est un enchantement pour les yeux.
De mon coté, bien que je sois encore mal à l'aise avec les danses des terrestres et avec les longues robes qu'ils affectionnent tant (si peu pratique pour se mouvoir), je me suis laissée entrainer sur la piste par le Capitaine Jarlen. Un jeune homme cultivé comme vous apprécieriez. Nous avons longuement discuté de l'océan pour lequel il voue une grande passion. Il m'a racontée avoir eu l'occasion de voir de loin nos cousins de la mer des Dragons. J'aimerais tant les rencontrer... un jour peut être...
La fête s'est progressivement terminée sur la musique et les derniers joueurs présents. J'ai passé une grande partie de la nuit à discuter avec ce capitaine, de tout et de rien, de la maison, de son engagement dans la garde, des attentes de la compagnie. Nous espérons avoir d'autres occasions de converser avant que je ne doive reprendre la route, ce qui ne saurait tarder lorsque j'écoute mes compagnons... nous verrons bien.

Bien à vous,
Any'enka.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Sam 17 Oct, 2009 00:01

7ème jour de Tarkash

La nuit brille de ses mille feux étoilées lorsque j'écris ces lignes. La plupart de mes compagnons prennent un repos bien mérité tandis que d'autres effectuent leur tour de garde.

Après la fête, mes compagnons ont contacté la guilde des marchands ainsi que celle des chasseurs, afin d'avoir divers conseils et avis sur les meilleurs endroits pour ré-ouvrir un relais. J'écris mes compagnons car pour ma part, j'étais plutôt occupée à trouver de quoi refaire la garde-robe de Marion, ainsi que la mienne par la même occasion. J'ai profité de son bonheur récent pour avoir une longue discussion avec elle. Depuis qu'elle et Hunter se sont ouverts l'un à l'autre, il devient plus aisé d'aborder certains points avec elle, sans pour autant essayer de la forcer... loin de moi cette idée. Je lui ai fait valoir qu'au-delà du fait que Hunter appréciait infiniment de la voir porter autre chose que du noir, le changement de style l'aiderait à mieux passer inaperçu aux yeux des zhentarims. En revanche, ce qui m'inquiète bien qu'une part de moi s'en réjouisse, c'est qu'elle ne prie plus... elle s'est définitivement éloignée du chemin de Baine. Cela m'angoisse car depuis cette fois où nous avons failli perdre Tia, je ne cesse de me dire... qu'adviendrait-il si un tel malheur venait à toucher Marion ? En m'ayant suivi, en nous ayant rejoint, elle se met régulièrement en péril physiquement... et à présent, c'est son âme, son salut qu'elle met en péril. J'essaie de lui faire entendre raison, de lui expliquer qu'elle ne peut rester ainsi, sans dieu à suivre, mais elle trouve impensable de devoir choisir son dogme comme si elle choisissait une pomme sur le marché. Je ne peux que comprendre sa vision des choses... je lui ai conseillé de rencontrer les différents temples, de se renseigner auprès d'eux... d'écouter son cœur et son instinct pour se laisser guider... Je prie Sashalas et Oghma pour qu'il ne lui arrive rien d'ici là.
J'ai également passé beaucoup de temps avec Erril, enfin le Capitaine Jarlen, avant notre départ. J'ai parfois tendance à oublier que je me trouve parmi les terrestres, surtout quand je suis dans mon élément. En cela, Erril fait preuve d'une très grande ouverture d'esprit, ne s'offusquant aucunement de nos jeux à Ama et moi, même si ceux-ci se retournent contre lui. En fait, c'est tout le contraire puisqu'il s'en amuse également. C'est vraiment un jeune homme charmant et Ama l'a même pris en affection. Il m'a d'ailleurs proposée de m'emmener en mer, lors d'une de ses permissions, afin de me permettre de rencontrer nos cousins. Proposition que j'ai de suite accepté bien sur.

Nous avons quitté Wheloon le 4ème jour de Tarkash, accompagnés d'un chasseur recruté pour nous servir de guide. Les deux interminables journées passées à chevaucher furent récompensées. Nous avons fini par trouver l'endroit idéal pour nous établir. Un relais, près d'un lac et d'un bois, composé d'un bâtiment principal sur trois niveaux, un établi, une écurie, suffisamment de place pour créer d'autres dépendances, et le tout entouré d'une enceinte de pierre. Le chasseur nous avait amené assez loin de ce relais, nous expliquant qu'il était infesté par des orcs. Nous décidâmes d'inspecter les lieux de plus prés, laissant Maloniel et Eldinarindan partir en éclaireurs, tandis que le reste du groupe s'approchait plus lentement.
Nous mîmes au point une tactique pour prendre plus facilement le relais. Avant tout, nous devions profiter de la lumière du jour ainsi que de l'effet de surprise. Ranoïn et moi devions nous occuper d'ouvrir la porte de l'écurie et de l'éclairer aussi fortement que possible. Nous eûmes à peine achever nos sorts qu'Hunter s'élança à l'intérieur et se jeta sur le premier orc qui se levait. Mes compagnons eurent vite fait de mettre hors d'état de nuire les quelques orcs présents dans l'écurie. De là, nous devions tenir nos positions et le bâtiment. L'alerte ne tarda pas à être donné, sonnant par là même le début des échanges de flèches et de sorts. Puis, l'un des orcs sorti du relais, seul, muni d'un drapeau blanc de fortune. Il s'agissait apparemment du chef de clan, et à notre surprise, il demanda en commun à parler à notre chef. Marck s'avança vers l'orc et celui-ci lui proposa un combat honorable... le vainqueur remporterait le relais.
Le combat commença dans un fracas d'épées et de boucliers s'entrechoquant. L'orc nous surpris en esquivant la plupart des puissants coups que portait notre ami. Il semblait anticiper le moindre geste de Marck et parvint plus d'une fois à le toucher également. Le temps parut s'étirer tant la tension était extrême. Nous étions tous tendus comme la corde d'un arc en observant l'issu du combat, prêt à riposter au moindre faux pas du groupe adversaire. Marck chancelait sous le nombre et la puissance des coups assénés par l'orc. La victoire se faisait à chaque seconde plus incertaine, Marck souffrait de plusieurs blessures qui handicapaient ses mouvements. Tia et Hunter firent un geste pour prêter main forte à notre champion lorsqu'Eldin' les arrêta, leurs disant que le moment n'était pas encore venu et que nous devions garder notre confiance dans les capacités de Marck. C'est alors que le duel pris progressivement une tout autre tournure. Comme supporté par son propre dieu, le bras de Marck se fit brusquement plus fort, ses coups plus précis, plus rapides, plus puissants. C'était au tour du chef orc de chanceler et de reculer sous l'assaut mais Marck ne lui laissa pas le temps de reprendre son souffle et lui assena le coup de grâce. L'orc tomba au sol sous nos yeux ébahis et sous l'étonnement de son clan. Les orcs laissèrent alors tomber leurs armes, et nous les laissâmes partir. Pendant ce temps, nous nous approchâmes de Marck afin de le congratuler tandis que Ranoïn lui prodigua les soins nécessaires. Tia s'assura que le chef orc survivrai à ses blessures, et l'emmena dans un coin à l'écart le temps qu'il reprenne connaissance, le délestant simplement de ses armes par précaution.
Nous avons ensuite fait une première visite des lieux, mais nous prendrons la journée de demain pour mieux nous rendre compte des travaux à faire. Pour ce soir, nous avons surtout profité d'un repas en l'honneur de Marck.

Il ne nous reste plus qu'à obtenir l'accord du Seigneur Sarp Barberouge et du Roi Azoun IV, et je suis assez optimiste de ce côté là.

Je vous tiendrais informé des futurs événements. Pour l'heure, je vais poser ma plume et prendre quelques heures de repos à mon tour.

Bien à vous,
Any'enka.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Any'enka Polenïa

Messagepar Lunesia » Mer 19 Jan, 2011 22:35

30ème jour de Mirtul

Cela fait environ deux mois que nous nous occupons du relais. Le Seigneur Sarp Barberouge a consentit à nous octroyer un terrain assez vaste autour de l'auberge, avec un lac et une tour abritant un couple de griffon. Hunter a bien essayé de les attirer, mais sans succès. Enfin, à la place de ces griffons, je ne serais pas non plus attirée par de la viande avariée. Cependant, nous voyons tous leur présence comme un bon présage sur le lieu de notre nouveau chez-nous... même si les débuts furent plutôt... difficile.
Pour diverses raisons je préfère éviter de trop m'épancher sur ce fait... sachez surtout qu'il s'était agis d'une sombre histoire de spectres... de cercles corrompus... et d'un manque de réaction et de cohésion encore parmi nous avec pour résultat de graves blessures sur la personne de Marck. Nous avons craint de le perdre, tant il avait été amoché et tant son coma était profond.
Nous avons pu ramener Marck au relais. Maloniel m'a accompagnée jusqu'à Wheloon. Nous avons pu rencontrer les druides qui résident dans les bois assez proche de la ville. Ils ont accepter de nous céder certaines plantes, dont celle qui serait nécessaire pour sortir Marck de son sommeil prolongé. Nous sommes rentrées à l'auberge le lendemain. Nous avons derechef appliqué le traitement à notre cher combattant. A présent, il se remet petit à petit de ses blessures et commence même à visiter le terrain qui nous a été cédé.

Pour revenir à des éléments plus gais, surtout à présent que les jours de Marck ne sont plus en danger, je peux vous affirmer que tout le monde ici aide, à sa façon et selon ses connaissances, pour la réfection de notre nouveau chez-nous. La route menant à Wheloon a été dégagée. Les boiseries de l'auberge ont été refaites et renforcées, ainsi que la toiture. Le mur d'enceinte a également été consolidé et un nouveau portail de fer forgé représentant des griffons a été installé. Nous avons conservé, pour notre usage personnel, l'un des étages du relais. L'autre est utilisé pour les nombreuses chambres que nous louons aux voyageurs.

A notre demande collective, Marion a accepté de s'occuper de notre enseigne. Elle travaille actuellement à peindre, en prenant en considération nos remarques et désirs (la pauvre), ce qui symbolisera le Griffon d'Airain. Elle garde également un œil très attentif sur Hunter, le dissuadant (mieux que quiconque parmi nous) de mettre certains de ses projets à exécution.

Mais notre fierté à tous tient surement de l'aménagement du salon que nous devons à Tia. Elle nous a convaincu, sans grande difficulté, de le décorer à la mode du Kalimshan. Si vous pouviez voir ça, je suis sûre que vous seriez séduit par ces décorations terrestres. Il s'agit là d'un habile mélange de couleurs et de senteurs.
Imaginez... imaginez donc... chaque alcôve (il y en a trois) est habillée de grandes tentures orangées ou pourpres, dont les couleurs chaudes et chatoyantes rappellent les reflets du soleil couchant sur la mer. Au centre de chacune de ces alcôves ont été placées de petites tables basses faites d'un bois lourd et tirant sur un rouge sombre. Ce coté massif est cependant allégé par la finesse des arabesques gravées sur leur plateau, et par la dentelle de leur pieds, un peu comme les grands massifs de coraux par chez nous. Sur ces tables ont été posés ce qu'on appelle des narguilés. Il s'agit d'une étrange et grande pipe pourvue de plusieurs embouts et avec un réservoir d'eau. La plupart des gens, à ce que j'ai pu voir, se rassemblent autour de ceci, prenant plaisir à fumer une sorte d'herbe aromatisée et se faisant bercer par le bruit des bulles éclatant dans le fameux réservoir. Enfin, pour faire tranquillement fumer cette pipe commune, plusieurs énormes coussins ont été disposés autour des tables. Leurs teintes plus douces contrastent agréablement avec les tentures, et leur moelleux les rend bien plus confortable que les chaises traditionnelles.
Mais là, je ne vous parle que des couleurs ! Imaginez avec cela un merveilleux et délicieux mélange de parfums dû à des bâtonnets de ce qu'ils appellent encens (fort différent, de texture et d'odeur, des encens de chez nous). Les effluves qui s'en échappent sont à la fois piquante comme l'oursin et sucrée comme l'algunepria. J'aimerais tant qu'un jour vous puissiez venir et découvrir tout cela par vous-même.

Je vais poser ici ma plume. On me fait savoir qu'Erril... enfin le capitaine Jarlen est arrivé. Je ne peux le faire attendre puisqu'il est mon professeur d'équitation. Mais cela sera pour une autre fois.

Bien à vous,
Any'


phpbb 3.1 themes

Revenir vers « Galerie des Personnages »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité