Manika

Venez décrire votre personnage, et exposer ce qu'il a pu raconter de son histoire à votre compagnie. Vous y trouverez également les PNJ que vous avez rencontrés.

Modérateur : Onirim R&P

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Manika

Messagepar Lunesia » Sam 29 Nov, 2014 19:59

Manika.jpg
Manika.jpg (15.77 Kio) Consulté 2590 fois


Prénom : Manika ou plus communément Mani
Race : Gûrs (gens du voyage)
Origine :
Alignement : Chaotique Bonne
Religion : Llira - Âge: 16 ans
Cheveux : Noirs, très longs et ondulés - Yeux: Noisettes
Taille : 1,64 - Poids: 50 kg

Classe : Houri

Description : Manika est une jeune humaine d'apparence à la fois fragile, sensuelle et mutine. Elle possède une longue chevelure noire descendant jusqu'à ses fesses, et qu'elle laisse généralement libre. Elle a la peau mate des gûrs du sud, dont elle fait partie. Ses yeux noisettes sont pourvus d'une lueur joueuse, et on la voit toujours avec un sourire sur les lèvres.
Manika est, ce qu'on appelle, une danseuse accomplie. Toutefois, elle ne se contente pas d'exceller dans ce domaine. On lui connaît un talent certain dans le maniement du fouet, et pas uniquement pour faire du bruit.

Elle aime le spectacle et ne manquera jamais une occasion de le montrer, cherchant à propager autour d'elle la joie et le plaisir.

Manika s'habille essentiellement à la mode gûrs : vêtements hauts en couleur, privilégiant les tons orangés, violets, jaunes et bleus. Elle possède deux bracelets de cuivre, l'un au poignet et l'autre à la cheville pourvu de grelots, qu'elle affectionne énormément. Il lui arrive, de temps en temps, de se vêtir à la mode calishite. Dans ces cas là, elle se fait appeler Salima Hassen.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Manika

Messagepar Lunesia » Sam 29 Nov, 2014 21:03

Festivités


Les bruits de la rue se déversaient en un flot ininterrompu dans la petite chambre. Dans le brouhaha ambiant, elle distinguait clairement les vendeurs à la criée qui vantaient la qualité de leurs marchandises ; les hennissements des chevaux agacés par la chaleur et la danse entêtante des mouches autour d'eux ; et plus loin, la clameur de la foule assistant aux diverses passes d'armes et autres spectacles ponctuant la rencontre des Boucliers.

Elle était allongée, nue, sur le lit aux draps défaits. Elle observait, les yeux mi-clos, les rayons du soleil filtrer à travers le volet de bois. Elle souriait en regardant les grains de poussières danser dans la lumière tamisée du jour. Ses longs cheveux noirs s'étalaient sur le drap blanc en un saisissant contraste.

Elle s'arc-bouta, à la manière faussement nonchalante des chats, bien consciente de sa beauté et de la souplesse de son corps, offrant sa peau couleur pain d'épice à la caresse du soleil. Puis, poussant un petit soupir d'aise, elle laissa son regard noisette se promener sur la pièce, s'attardant sur les toiles posées dans un coin, la chemise tâchée de peinture jetée au sol, la petite table sur laquelle trônaient une bassine de terre cuite, une bouteille de vin vide et quelques grains de raisins. Le sourire de la jeune femme s'élargit encore tandis qu'elle repensait à sa première fête de la Longue Nuit qui avait eu lieu la veille. La coutume veut que ce soit la soirée des amoureux, qu'ils se déclarent. Elle, elle avait pu passer ce moment avec lui, son peintre aux yeux semblable à un ciel printanier, son Olivier qui pouvait presque tout lui faire oublier. Il lui avait fait promettre de toujours lui réserver cette nuit particulière. Il avait sur éveiller la femme qui sommeillait en elle. Il avait semé, dans son jeune cœur, les graines de l'envie, du plaisir et de la liberté... et Llira savait combien la jeune danseuse profitait de sa liberté nouvelle.

Avatar de l’utilisateur
Lunesia
Messages : 382
Inscription : Mar 30 Juin, 2009 18:49

Re: Manika

Messagepar Lunesia » Jeu 04 Déc, 2014 21:00

Intermède : Deux mois plus tôt

La pluie avait trempé la couverture dans laquelle elle s'était enroulée. Malgré l'été proche, la nuit était rendue froide par l'humidité ambiante. Elle avait décidé de passer la nuit contre le tronc d'un arbre, assise sur les racines et le sol mouillé. Elle tremblait, autant de peur que de froid. Sa robe lui collait au corps, rendue lourde par l'eau et la boue, ses longs cheveux noirs étaient plaqués contre son visage. Elle était loin d'avoir fière allure cette petite danseuse gûr, ainsi ramassée sur elle-même, retenant difficilement ses sursauts et ses cris, guettant le moindre bruit suspect venant de la forêt. Elle se maudissait d'avoir couper ainsi à travers bois. Elle se morigénait d'avoir voulu fuir avant d'atteindre la civilisation. Mais au fond d'elle, elle savait qu'elle n'aurait pu attendre plus longtemps. Elle préférait encore mourir de froid dans ces bois hostiles, que de se soumettre à la volonté du clan. Elle frissonna en pensant à ce qu'elle fuyait, l'époux qu'on voulait lui imposer. Elle revoyait ses lèvres pincées, son regard froid et ses gestes secs. Elle entendait sa voix basse et grondante lui promettre de la dresser comme elle le méritait. Elle n'avait pas eu le courage de fuir lorsqu'on l'avait fiancée à Shandar, un an plus tôt. Elle savait pourtant qu'elle n'avait pas le choix, surtout après s'être offerte à un autre, un gaio de surcroît, un non-voyageur. Mais elle avait espéré faire changer d'avis son clan et gagner sa liberté lors de son rite de passage à l'âge adulte... et elle l'avait gagné sa liberté... au delà de ses espérances...

La pluie commençait à se calmer. Au loin, elle entendait le cri de quelques animaux sauvages. La jeune gûr se recroquevilla un peu plus sur elle-même, priant pour que le danger reste loin d'elle. Elle inspira profondément en posant la main sur son fouet, vite rassérénée par le contact du cuir épais. Un craquement se fit entendre non loin suivi d'une respiration tout juste audible. La jeune femme sentit son corps se tendre et son cœur cogner avec force contre sa poitrine. Une seule idée tournait dans sa tête : "Ils m'ont retrouvée... ils vont me ramener..." Encore un bruit de pas. La main de la jeune gûr se crispa sur le fouet, ses doigts se refermant avec force sur le manche de cuir noir. Un autre son. Son bras se ramasse et se tend vers l'avant, le fouet claquant dans la nuit, sa langue de cuir cognant contre l'être, lui arrachant un grognement de douleur. La jeune fille hésita un instant, regrettant son geste trop prompt, mais ce qui est fait est fait... à défaut de pouvoir éviter son clan, elle espérait pouvoir les effrayer. C'est d'une voix qui tremblait à peine qu'elle cria dans sa langue :

- " Arrêtez ! Partez si vous voulez vivre ! rentrez chez vous et ne m'obligez pas à vous faire du mal ! Jamais je ne retournerais là-bas, jamais je ne lui appartiendrais !"

Elle se tut un moment, l'oreille aux aguets. D'autres bruits de pas. Puis, un son métallique, celui de l'arme qu'on tire de son fourreau. Elle déglutit, la peur enserrant ses entrailles. Elle cria autre chose dans sa langue, se préparant à attaquer, lorsqu'elle entendit une voix de femme qui lui était inconnue s'écrier :

-" C'est quoi cette langue ? gobelin ? sors donc de ton trou avant que je te découpe en morceaux, vermine !"

La danseuse fronça les sourcils en écoutant la voix. Elle murmura dans la langue commune avec un fort accent : "Vous n'êtes donc pas du clan... ?"

Un silence, puis la voix repris : "Je vois pas de quoi tu parles, mais t'as pas l'air gobelin... j'ai jamais entendu un gobelin parler commun. Sors de ton trou et dis moi qui tu es, et pourquoi tu détruis mes pièges ?"

La jeune femme réfléchit un instant puis se redressa lentement. Elle s'avança de quelques pas puis s'arrêta en murmurant "il fait trop noir". Un nouveau silence, puis un soupir et la voix marmonne : "bouge pas et pas d'entourloupe". Un court instant après une torche brûlait, éclairant la propriétaire de cette voix. C'était une jeune femme blonde aux cheveux courts. Elle portait une tenue de cuir aux couleurs de la forêt. Elle portait autour du cou un collier de cuir qui n'avait ni fermoir ni soudure. Son regard était affûté et pénétrant. Elle semblait à peine plus âgée que la danseuse, mais sa posture et sa voix donnaient un sentiment d'assurance. Le regard de la jeune gûr se posa ensuite sur les deux fauchons fichés aux pieds de son interlocutrice.

- " Et bien Princesse, t'as l'air loin de chez toi on dirait" la railla la jeune femme. "C'est quoi ton nom ? qu'est-ce que tu fais là ? et pourquoi tu as détruit systématiquement tout mes pièges ?"
La danseuse releva la tête, plantant son regard dans celui de son interlocutrice et répondit dans la langue commune :
- "Je n'ai rien d'une princesse. Mon nom est Manika et je ne vois pas de quels pièges tu parles... j'essais de rejoindre la ville... la grande ville".
La fille des bois observa Manika un moment, ses yeux s'arrêtant sur la robe aux multiples couleurs et le bagage léger de la gûr.
- "Je ne voulais pas détruire tes pièges..." murmura la danseuse, "je suis désolée... je cherchais juste... à sortir de la forêt..."
La fille soupira, marmonna quelques mots à voix basse puis dit :
- "T'es perdue ?"
Hochement de tête.
- "J'me demande bien c'qui a pris à mademoiselle la princesse de s'aventurer seule ici... et qui plus est d'attaquer sans rien y voir"
- "Je suis désolée... je pensais que c'était quelqu'un de mon clan... je... je ne peux pas rentrer là-bas... il faut que j'aille à la grande ville... à Eauprofonde..."
- "Eauprofonde, rien que ça ?" la fille des bois secoue la tête et soupire "j'm'appelle Misti. Suis moi, je vais t’amener dans un lieu sûr pour la nuit. Ensuite... on avisera."


phpbb 3.1 themes

Revenir vers « Galerie des Personnages »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité